Jeudi 21 août 2014 4 21 /08 /Août /2014 13:39

la-grande-embrouille.jpgComment résumer ce qui porte fort justement le titre de « Grande embrouille » ? Un coiffeur de Barcelone, ex-taulard sans clientèle, part à la recherche d’un ancien camarade de détention devenu son ami et subitement disparu. C’est le point de départ d’une série d’aventures cocasses, prétextes à un récit picaresque, une farce burlesque, un texte bourré d’un humour tantôt hilarant, tantôt feutré et amer. Une histoire haute en couleurs, en tout cas, bien écrite, où règne à la fois un comique de situation, de dialogues, un humour suscité par les personnages déjantés mais aussi un humour tenant au style et à l’emphase lexicale. J’y ai retrouvé par moments des échos de Petros Markaris         ( Liquidations à la grecque ), tant par l’humour que par la description d’un univers populaire propre aux pays méditerranéens. J’y ai également retrouvé l’atmosphère si particulière de Barcelone qui donne son cadre à l’intrigue. Une intrigue qui se traîne parfois un peu en longueur et l’on s’attache alors davantage aux personnages qu’au suspense d’une faible intensité. Somme toute, un coup de cœur modéré mais un univers à découvrir et qui plaira à ceux qui aiment le mélange entre polar et humour.

La grande embrouille, de Eduardo Mendoza, Points, mai 2014, 278 pages.

Par ma fabrique de polars - Publié dans : Coups de coeur - Communauté : Créateurs et amateurs de polars...
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 18 août 2014 1 18 /08 /Août /2014 16:04

le-repentir.jpgStéphane Laroche a reçu de sa femme Alice un message lui disant qu’elle passait le week-end avec un autre homme et qu’à son retour à la maison, ils auront une explication et qu’elle le quittera définitivement en emportant le reste de ses affaires. Mais, voilà, Alice ne rentre pas et Stéphane s’inquiète. Il signale la disparition de sa femme à la police qui ne semble pas se mobiliser pour la retrouver. Stéphane est convaincu qu’il est arrivé quelque chose à Alice. Lassé par l’inertie des enquêteurs, Stéphane débarque au Quai des Orfèvres pour y faire un scandale. Après avoir endossé le rôle de suspect, il se voit mis en relation avec une jeune inspectrice, Noé Mancini, qui semble déterminée à comprendre ce qui est arrivé à Alice. Ainsi s’engage une improbable collaboration entre deux personnages aussi inexpérimentés que dissemblables, aux méthodes différentes, mais qui vont apprendre à se connaître au cours d’une enquête qui se révélera complexe et les plongera dans un univers sordide. Bien construite et bien écrite, cette intrigue est prenante, distillant un suspense bien dosé. Les personnages sont assez crédibles. Le dénouement est assez convenu mais c’est un petit polar qui mérite d’être découvert.

Le repentir, de Laurent Bettoni, Marabout poche, avril 2014, 284 pages, 6 € 99.

Par ma fabrique de polars - Publié dans : Coups de coeur - Communauté : Créateurs et amateurs de polars...
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 10 août 2014 7 10 /08 /Août /2014 11:25

le-chant-des-morts.jpgBrett est soi-disant un ancien major de l’armée anglaise qui a racheté une drôle de maison dans un de village de Provence apparemment normal. Il est parvenu plus ou moins à s’y intégrer grâce aux parties de canastas et aux apéros du bar de la place où il côtoie les figures locales. Mais il y a un autre bar, La Marine, moins bien fréquenté où une faune plus ou moins inquiétante virevolte autour de celui qui semble le maître du village, Pelgras, le marguiller, personnage ambivalent, oscillant entre bienveillance et menace. Un beau jour, Brett découvre dans son jardin ce qui ressemble à des ossements humains, enfouis à fleur de terre, derrière une haie. Alors, commence le temps de l’inquiétude et des interrogations. Des intimidations aussi. Quel mystère plane au-dessus de ce village ? Quel rôle joue chacun des personnages qui gravitent autour du major ? Dans un style agréable et sur un bon rythme, Jean-Paul Demure entraîne le lecteur dans une intrigue prenante, où le suspense est présent à chaque page, sans longueurs inutiles. Le dénouement est assez  inattendu. Polar intéressant à découvrir pour passer quelques heures sympas.

Le chant des morts, de Jean-Paul Demure, Rivages noirs, avril 2014, 235 pages, 8 €.

Par ma fabrique de polars - Publié dans : Coups de coeur - Communauté : Créateurs et amateurs de polars...
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 6 août 2014 3 06 /08 /Août /2014 10:01

la-vieille.jpgA peu de choses près, tout se passe dans un immeuble d’une ville imaginaire profondément imprégné de belgitude. Mémé Cornemuse est une drôle de bonne femme, âgée comme l’indique son surnom mais encore vigoureuse, portée sur la « chose » et prête à toutes les avanies pour peu qu’elle y trouve son compte. Une sorte de Ma Dalton mais en pire. Elle assure la fonction de concierge dans cet immeuble où réside une faune originale, constituée de curieux spécimens de l’espèce humaine. Inutile de préciser que les relations sociales y sont hautes en couleurs. Pour corser la situation, des meurtres ont été commis sur la personne de Marcel, le mari de Ginette, locataire, et sur celle de son frère, lui aussi locataire de l’immeuble. Plus soulagée qu’attristée par la disparition de son mari et de son beau-frère, Ginette entreprend de trouver le coupable, après avoir fait disparaître le cadavre avec la complicité de Mémé Cornemuse. S’ensuit une série de rebondissements rocambolesques qui vous tissent une intrigue épique et déjantée, mâtinée d’un humour désopilant et servie par une écriture qui n’a rien à envier à celle de Frédéric Dard. Décidément, ces derniers temps, je suis abonné à des polars à la verve jubilatoire, depuis Arlette Aguillon en passant par Delplanque. Une belle réussite que cet opus de Nadine Monfils que je ne connaissais que de réputation et qui m’a provoqué une suite presque ininterrompue de fous rires. Du grand guignol par instants mais surtout du grand art. Bravo l’artiste ! Toutes celles et tous ceux qui apprécient l’humour se régaleront à la lecture de ce polar hilarant mais aussi passionnant qu’on n’a pas envie de lâcher avant la fin.

La vieille qui voulait tuer le bon Dieu, de Nadine Monfils,  Pocket, février 2014, 278 pages.  

Par ma fabrique de polars - Publié dans : Coups de coeur - Communauté : Créateurs et amateurs de polars...
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 2 août 2014 6 02 /08 /Août /2014 09:18

 

vargas-copie-1Chaque jour, ce blog reçoit des visites ayant pour seul but de se tenir au courant de l'actualité de Fred Vargas. Malheureusement, je n'ai rien de nouveau à proposer à ces visiteurs, sinon de vagues rumeurs que je me refuse à cautionner, n'étant pas sûr que mes sources soient véritablement fiables. Ces rumeurs avancent en substance que Fred Vargas se serait quelque peu détournée de son activité d'écriture. Pourtant, dans une interview que j'ai glanée sur le web et avec laquelle j'établis ci-dessous un lien, elle dit avoir l'imagination en pleine activité. Acceptons-en l'augure et espérons qu'un jour prochain, la bonne nouvelle surviendra : l'annonce par Viviane Hamy ou un autre éditeur de la parution du nouveau Vargas qui, n'en doutons pas, fera un tabac. En attendant, n'hésitez pas à aller à la découverte de mes polars dont le dernier, "Rejoins la meute !", doit beaucoup à l'influence de "L'armée furieuse" de Vargas. Vous en trouverez des extraits dans la rubrique "Mes romans" sur ce blog. Rendez-vous également sur ma page Facebook.

https://www.facebook.com/pages/Jean-Michel-LECOCQ/109385932511403?ref=hl&ref_type=bookmark

http://www.enviedecrire.com/fred-vargas-et-ses-secrets-decriture/

Par ma fabrique de polars - Publié dans : Actualité - Communauté : Créateurs et amateurs de polars...
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

ISSN 2267-0947

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Août 2014
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
             
<< < > >>
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés